Navigation – Plan du site
Actes du séminaire. Les cheminots, images et représentations croisées, 2002-2005
2. Le regard de soi

Les Cheminots dans l’histoire sociale de la France

Railwaymen in French social history
Pierre Vincent
p. 69-72

Résumés

Cette lettre de Pierre Vincent donne les grandes lignes du témoignage qu’il a livré lors du séminaire sur l’ouvrage collectif Les Cheminots dans l’histoire sociale de la France (Joseph Jacquet, et al., Paris, Éditions Sociales, 1967) auquel, jeune militant, il a contribué : contexte politique et syndical de l’entreprise, mode de travail institué par le directeur de l’ouvrage, Joseph Jacquet (1921-1998), dont la personnalité est évoquée avec chaleur et précision, postérité du livre.

Haut de page

Notes de la rédaction

Joseph Jacquet, et al., Les Cheminots dans l’histoire sociale de la France, Paris, Éditions sociales, 1967. Ce texte a été adressé par Pierre Vincent aux participants au séminaire avant la séance où il a témoigné sur l’écriture et la réception de l’ouvrage. [N.d.l.R., ainsi que toutes les notes qui suivent].

Texte intégral

1Il s’agit d’un ouvrage à ambition historique commandité par la Fédération CGT des cheminots, dont la parution en 1967 doit coïncider avec le cinquantième anniversaire de la création de la Fédération (janvier 1917).

2La décision a été prise au congrès de novembre 1965. Dès le départ, il a été décidé que l’ouvrage serait réalisé en interne par les propres moyens de la fédération, sans recours à un apport extérieur d’un historien mais avec l’ambition de réaliser un travail de nature historique.

3À noter aussi que, dans la même période, il y a un mouvement d’écriture historique au sein de la CGT.

  • 1  Jean Bruhat et Marc Piolot, Esquisse de l’histoire de la CGT, Paris, 1959, 238 p., réédité sous le (...)
  • 2  Georges Frischmann (1919-2006), secrétaire général de la Fédération postale CGT (1950-1979), déput (...)
  • 3  Paul Chauvet, Les Ouvriers du Livre et du Journal. La Fédération française des travailleurs du liv (...)

4Par exemple, l’Esquisse de l’histoire de la CGT de Jean Bruhat et Marc Piolot1 est réactualisée et rééditée, Georges Frischmann, secrétaire général de la Fédération postale a entrepris d’écrire une histoire de sa Fédération ; seul le premier tome qui s’arrête en 1946 paraîtra2. La Fédération du livre a confié à Paul Chauvet l’élaboration d’un ouvrage sur son histoire3.

5Il y a donc un mouvement, qu’évoque Benoît Frachon dans sa préface ; à l’époque on évoquait l’ambition d’un ouvrage pour chaque branche professionnelle, il était aussi question d’une réappropriation de son histoire par la CGT. J’ai parfois une suspicion à l’encontre des historiens écrivant sur le sujet.

6Un point fort pour cet ouvrage, c’est que sa réalisation fut confiée à un militant de la direction fédérale particulièrement apte à ce genre de travail. Joseph Jacquet est un dirigeant qui a un profil inhabituel au sein de la fédération, il est d’origine chrétienne, ancien responsable de la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC). Son père était cheminot et était syndiqué à la CGT, il n’entra pas à la SNCF, travailla comme électricien et se syndiqua à la CFTC.

7Né en 1921, la guerre sera une étape cruciale pour lui, il vécut dans la clandestinité. Et, au début 1943, à la suite d’une réunion d’anciens jocistes à Lyon, il fut décidé d’aller travailler en Allemagne pour influer sur les travailleurs allemands. Évidemment il sera vite repéré, condamné à mort pour sabotage puis déporté à Dachau d’où il sera libéré par les Américains en avril 1945. Il entre en avril 1945 à la SNCF et reprend des activités syndicales au sein de la CFTC. Il quitte cette organisation pendant les grèves de 1947, lui reprochant sa passivité dans l’action revendicative.

8Il rejoint la CGT et occupera des responsabilités nationales dès 1956. Très attaché à la région lyonnaise, il refusera de la quitter et refusera de devenir permanent syndical, ce qui impliquait la montée à Paris.

9Deux ans pour réaliser le travail. Objectif atteint. Ce fut vraiment un travail historique, avec recherches et examen des sources, de la bibliographie. Demande aussi faite aux syndicats d’envoyer leurs archives, ce qui marcha bien.

10En résidence à Lyon, Joseph Jacquet demanda aux jeunes militants de la région de l’aider. Je fus un de ceux-là. En charge de la collecte sur la période du Front populaire, j’ai beaucoup lu, écrit de nombreuses notes, Joseph m’a demandé si je voulais rédiger cette partie mais j’ai refusé, estimant qu’il fallait une unité d’écriture.

  • 4  Guy Chaumel, Histoire des cheminots et de leurs syndicats, Paris, Marcel Rivière et Cie, Bibliothè (...)
  • 5  Voir la réédition de la brochure Histoire de la Fédération des cheminots dans Les Cahiers de l’Ins (...)

11Sur le contenu, nous en débattrons certainement. À l’époque il y a peu d’écrits sur les cheminots, Georges Ribeill n’était pas encore dans le circuit. Le livre de Guy Chaumel date de 19484. L’Histoire de la Fédération de Pierre Sémard a été écrite en 1934 et le prolongement écrit pendant sa détention est resté dactylographié5.

12Sur certains points, on peut penser que nous n’écririons pas les choses de la même manière. Le texte est parfois daté, avec certains jugements qui me paraissent trop définitifs avec beaucoup de noir et blanc. Près de quarante ans plus tard il y a des choses à revoir mais il n’est pas certain non plus que le texte ait perdu beaucoup de sa valeur.

13Pour terminer, le problème majeur pour notre ouvrage, c’est qu’il a été achevé d’imprimer en décembre 1967 et que les événements de mai 1968 ont pour le moins atténué son actualité.

14La CGT par la suite a connu un « certain sommeil » dans le travail historique qui reprendra vraiment avec la création des Instituts d’histoire sociale. Le confédéral est créé en 1982 après le départ de Georges Séguy du secrétariat général de la CGT ; il en prendra la présidence avec Joseph Jacquet comme vice-président. Ce dernier, après avoir été responsable régional de la CGT en Rhône-Alpes, avait créé un Institut régional d’histoire sociale.

15Il avait aussi tenté de poursuivre un travail d’histoire avec une biographie de Pierre Sémard, mais, à l’époque, la non ouverture de certaines archives au niveau du parti communiste ne lui a pas permis de le faire.

  • 6  Joseph Jacquet était né en juillet 1921. Voir Maurice Moissonnier, « Jacquet Joseph, Marius », in (...)

16Il est décédé le 18 février 19986.

Couverture de l’ouvrage Les Cheminots dans l’histoire sociale de la France, sous la dir. de Joseph Jacquet, Paris, éd. sociales, 1967.

Couverture de l’ouvrage Les Cheminots dans l’histoire sociale de la France, sous la dir. de Joseph Jacquet, Paris, éd. sociales, 1967.
Haut de page

Notes

1  Jean Bruhat et Marc Piolot, Esquisse de l’histoire de la CGT, Paris, 1959, 238 p., réédité sous le titre complété Esquisse de l’histoire de la CGT(1895-1965), Paris, 1966, 383 p.

2  Georges Frischmann (1919-2006), secrétaire général de la Fédération postale CGT (1950-1979), député au Parlement européen (1979-1984), par ailleurs membre du comité central du parti communiste (1950-1979) puis du bureau politique (1954-1976). Son ouvrage est l’Histoire de la Fédération C.G.T. des P.T.T., des origines au statut des fonctionnaires, 1672-1946 (Paris, Éditions sociales, 1967, 582 p.).

3  Paul Chauvet, Les Ouvriers du Livre et du Journal. La Fédération française des travailleurs du livre, Paris, Éd. ouvrières, 1971, 346 p.

4  Guy Chaumel, Histoire des cheminots et de leurs syndicats, Paris, Marcel Rivière et Cie, Bibliothèque d’histoire économique et sociale, 1948, 199 p.

5  Voir la réédition de la brochure Histoire de la Fédération des cheminots dans Les Cahiers de l’Institut [CGT Cheminots], n° 17, numéro spécial, 3e trimestre 2002, et le colloque « Pierre Sémard, 1887-1942. Histoire singulière d’un cheminot dirigeant syndical et politique, et figure héroïque » organisé par l’Institut et l’université de Bourgogne les 25 et 26 janvier 2007, actes parus sous le titre : Serge Wolikow (sous la dir. de), Pierre Semard, préface de Georges Séguy, Paris, Éditions Le Cherche-midi, coll. documents, 2007, 290 p.

6  Joseph Jacquet était né en juillet 1921. Voir Maurice Moissonnier, « Jacquet Joseph, Marius », in Marie-Louise Goergen (dir.), Cheminots et militants, un siècle de syndicalime ferroviaire, Paris, Les éditions de l’atelier, coll. Jean Maitron – Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, 2003, p. 252-255. Les archives de la préparation du livre ont été léguées par J. Jacquet à l’Institut d’histoire sociale Rhône-Alpes de la CGT.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Couverture de l’ouvrage Les Cheminots dans l’histoire sociale de la France, sous la dir. de Joseph Jacquet, Paris, éd. sociales, 1967.
URL http://rhcf.revues.org/docannexe/image/93/img-1.png
Fichier image/png, 341k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Vincent, « Les Cheminots dans l’histoire sociale de la France », Revue d’histoire des chemins de fer, 36-37, 2007, p. 69-72. ISSN 0996-9403

Référence électronique

Pierre Vincent, « Les Cheminots dans l’histoire sociale de la France », Revue d’histoire des chemins de fer [En ligne], 36-37 | 2007, mis en ligne le 10 mai 2011, consulté le 21 août 2017. URL : http://rhcf.revues.org/93 ; DOI : 10.4000/rhcf.93

Haut de page

Auteur

Pierre Vincent

Ancien administrateur de la SNCF

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page