Navigation – Plan du site
Actes du séminaire. Les cheminots, images et représentations croisées, 2002-2005
1. L'image

L’image du cheminot dans la photographie, du père Henry à Salgado.Le cheminot, hors champ ?

The railwaymen’s photographic image from ‘Father Henry’ to Salgado
Jehan-Hubert Lavie
p. 47-59

Résumés

Si l’on fixe des trains sur la pellicule dès les origines de la photographie, les clichés de cheminots sont peu nombreux. Il existe néanmoins des vues officielles, présentant le personnel des gares. Quelques amateurs réalisent des prises de vues, tel le « Père Henry », un cheminot du service Exploitation de la Compagnie de l’Est. Jusqu’aux années 1950 les photos instantanées de cheminots au travail sont extrêmement rares, si l’on excepte la scène classique du mécanicien et son chauffeur. Toutefois, des compagnies ont commandé des reportages photographiques permettant de montrer au public les différentes tâches des cheminots de tous grades et de tous services. Le PLM fait appel à l’agence Keystone entre 1934 et 1938, tandis que l’État recourt à partir de 1931 à François Kollar. Enfin, c’est dans La Vie du rail des années 1950-1970 que les cheminots sont les plus présents, en attendant la consécration militante et artistique que confère à leur image l’œuvre de Sebastião Salgado.

Haut de page

Texte intégral

Le cheminot d’abord présent sur les photos officielles

1Si l’on fixe des trains sur la pellicule dès les origines de la photographie, les clichés de cheminots sont rares, d’autant plus que les prises de vues dans les enceintes ferroviaires sont interdites. Il existe néanmoins des vues officielles, présentant le personnel des gares. L’expression « prendre la pose » doit être comprise ici au sens strict puisque les clichés sont réalisés avec des chambres en bois, le photographe se tenant sous un drap noir et travaillant à des vitesses d’obturation extrêmement lentes. Il s’agit de vues purement documentaires, réalisées à la gloire des compagnies.

Le père Henry, Pol Gillet, Lucien-Maurice Vilain : des cheminots passionnés de vapeur et amoureux de leurs compagnies

2À côté des vues officielles, quelques amateurs réalisent des prises de vues, tel le « Père Henry », un cheminot du service Exploitation de la Compagnie de l’Est, amoureux passionné des trains du réseau qui l’emploie. Sa production photographique a fait l’objet de l’édition d’un excellent ouvrage chez La Vie du rail. Réalisées fréquemment dans des petites gares du réseau de l’Est, les photos d’Albert Henry sont mises en scène et posées (il utilise lui aussi une lourde et encombrante chambre en bois au format 13 x 18).

3Les deux premiers clichés reprennent la tradition des photographies "officielles" puisque l’auteur figure lui-même en uniforme parmi ses collègues de la gare de Troyes en 1898 (fig.1).

Figure 1. Personnel de la gare de Troyes en 1898. A. Henry est assis à gauche.

Figure 1. Personnel de la gare de Troyes en 1898. A. Henry est assis à gauche.

Cl. Albert Henry © Archives La Vie du rail.

4Sur le second, réalisé à la belle saison (les pantalons de coutil blanc sont ceux de l’uniforme d’été !), facteur enregistrant, entouré des facteurs aux écritures, prennent la pose devant leur bureau Petite vitesse (fig. 2).

Figure 2. Cheminots à la gare de Mussy-sur-Seine en 1896.

Figure 2. Cheminots à la gare de Mussy-sur-Seine en 1896.

Cl. Albert Henry © Archives La Vie du rail.

5Ce cliché est sans doute la photo la plus connue du « Père Henry », la plus étrange aussi, montrant une sorte de « déjeuner sur l’herbe ferroviaire » dont plusieurs aspects (trains figés, gestes guindés des personnages) font penser à certains tableaux de Paul Delvaux (fig. 3).

Figure 3. Locomotive 030, Est, La Bessarabie, juillet 1892.

Figure 3. Locomotive 030, Est, La Bessarabie, juillet 1892.

Cl. Albert Henry © Archives La Vie du rail.

6Connaissant la soumission absolue du « Père Henry » aux règlements, j’ai toujours été surpris qu’il ait mis en scène ses personnages au milieu d’une voie, dans une situation en infraction flagrante au règlement P9 régissant la sécurité du personnel. Réalisée à Hymont-Mattaincourt en juillet 1892, elle montre l’équipe de conduite et le chef de train (fumant le cigare) d’un train de desserte au cours d’une coupure. Il faut noter que, chez Henry, le voyageur est toujours absent. La raison d’être du chemin de fer, qui est de transporter les personnes et les biens, était hors du champ conceptuel de ce « cheminot absolu ». Chef de service dans une petite gare de l’Est, l’unique faute professionnelle de sa carrière fut un jour d’oublier, au passage d’un train, les voyageurs enfermés à clé dans la salle d’attente. Mais, pour le « Père Henry », le train était arrivé à l’heure exacte et était reparti à l’heure exacte ; tout s’était donc bien passé, l’oubli des voyageurs n’étant qu’ un élément accessoire... Mais bien qu’il soit un vaporiste inconditionnel, quelques photos du « Père Henry » ignorent pourtant les machines et leurs servants pour se tourner vers le personnel des gares : ces deux aiguilleurs travaillant dans un poste ressemblent à certains de ses clichés (fig. 4).

Figure 4. Aiguilleurs, Est.

Figure 4. Aiguilleurs, Est.

Cl. d.r., sans date © Archives La Vie du rail.

7Aucune analyse politique chez ces photographes « vaporistes » de la première époque qui ne cherchent pas à montrer la peine des hommes, mais bien au contraire à mettre en valeur l’honneur fait aux cheminots quand ils servent la traction vapeur et le système ferroviaire de leurs compagnies. Cette vue a été prise en 1886 avec la locomotive de type 120 n° 361 (fig. 5).

Figure 5. Locomotive 120 361 à Pouxeux en 1886.

Figure 5. Locomotive 120 361 à Pouxeux en 1886.

Cl. Albert Henry © Archives La Vie du rail.

8Après A. Henry, Pol Gillet (fig. 6) et Lucien-Maurice Vilain (fig. 7) ont continué la tradition "vaporiste", ce dernier excellent dans les vues de trains en marche dans des paysages qui mettent en valeur la ligne et ses ouvrages d’art.

Figure 6. Réseau de l’Est. Locomotive 140TP USA à Saint-Dizier en 1924.

Figure 6. Réseau de l’Est. Locomotive 140TP USA à Saint-Dizier en 1924.

Cl. Gillet © Archives La Vie du Rail.

Figure 7. Locomotives Nantaises.

Figure 7. Locomotives Nantaises.

Cl. L.-M. Vilain © Archives La Vie du rail.

Les commandes officielles des réseaux aux agences photographiques et aux grands photographes

9Jusqu’aux années 1950 les photos instantanées de cheminots au travail sont rarissimes, si l’on excepte la scène classique du mécanicien et son chauffeur regardant par les ouvertures latérales de l’abri de leur locomotive à vapeur. Toutefois, les compagnies commandent parfois un reportage photographique permettant de montrer au public les différentes tâches des cheminots de tous grades et de tous services. Recherchant la qualité, pour illustrer son Bulletin le PLM fait appel à la fameuse agence photographique internationale Keystone dont l’un des opérateurs réalise un reportage très complet, des différents bureaux de la gare de Paris-Lyon au dépôt de Villeneuve-Saint-Georges. Plusieurs séquences de reportage ont lieu, la première semble remonter à 1934 et la dernière, comprenant les vues que je vous propose, a été faite en 1938 – alors que le PLM vient de devenir la région sud-est de la SNCF. Les photos sont réalisées à la chambre, sur plaques de verre. L’opérateur travaillant à des vitesses d’obturation lentes, toutes ces vues sont « mises en scène ». D’autres photographes seront mis à contribution.

10On retrouve ces attitudes « posées » en gare de Paris-Lyon, à l’occasion de la mise en service du nouveau train caréné entre la capitale de la France et la capitale des Gaules (fig. 8).

Figure 8. Train aérodynamique en gare de Lyon, PLM, 1937.

Figure 8. Train aérodynamique en gare de Lyon, PLM, 1937.

Cl. d.r. © Archives La Vie du rail.

11Le 13 février 1931, aux termes d’un accord conclu entre Raoul Dautry, directeur du Réseau de l’État, et Jacques Lagrange, directeur des Éditions des Horizons de France, commence un important reportage photographique réalisé par François Kollar, jeune photographe de 26 ans, fils d’un chef de gare slovaque et qui avait eu l’occasion d’exercer le métier de cheminot dans son pays avant de devenir, en France, un photographe réputé et à la mode. En fait, ce reportage sur le Réseau de l’État est la partie ferroviaire d’une longue enquête intitulée « La France travaille » et qui comprend d’autres volumes consacrés aux mineurs, aux gens de mer, aux métiers du fer, etc. Le fascicule Le Rail est donc réalisé par Kollar – qui utilise une chambre 13 x 18, une chambre 10 x 15 et un 6 x 6 bi-objectifs – pour l’illustration et par Pierre Hamp pour le texte. Autodidacte, Hamp avait été cheminot au Réseau du Nord, sous-chef de gare de Calais maritime, avant de devenir inspecteur du travail et avait toujours rêvé d’écrire sur le monde du labeur. Beaucoup plus tard, en 1986, les Éditions La Vie du rail ont publié un ouvrage intitulé Les Hommes de l’État qui présente le travail photographique de Kollar.

12Faute de pouvoir reproduire ici ces clichés très célèbres, nous illustrons sa démarche par des photographies ultérieures qui démontrent leur influence. Comme il est d’usage dans ces reportages de commande, les prises de vues ne concernent pas que la traction mais l’ensemble des services et fonctions du chemin de fer. Nous avions déjà noté cette particularité chez Keystone et nous la retrouvons chez Kollar. Ainsi le porteur, autrefois présent sur tous les quais des grandes gares, où il était l’intermédiaire obligé entre le taxi et le filet à bagages du compartiment du voyageur. Il est vu ici par Félix Fenino vers 1945 à Paris-gare de Lyon, devant la voiture Pullman 4164 de la CIWL en robe ivoire et bleu de Savoie (fig. 9). Il faut se rappeler que, à la SNCF, le porteur n’est pas un cheminot mais l’employé d’une entreprise privée comme par exemple l’Omnium de manutention à Montparnasse.

Figure 9. Porteur.

Figure 9. Porteur.

Cl. F. Fenino vers 1945 © Archives La Vie du rail.

13Voici une photo parfaitement réaliste : « Appuie un peu ! » a sans doute crié l’homme d’équipe au mécano de cette locomotive, car l’appui des tampons facilite sa tâche : placer la manille, lourde, froide, graisseuse et sale de l’attelage à vis qu’il tient en mains dans le crochet du tender (fig. 10). À l’époque (début des années 1960), il ne porte ni gants, ni casque (ni casque anti-bruit pour le raccordement des demi-accouplements de frein). Pour un jeune cheminot, je peux vous dire qu’attendre la machine entre les deux tampons de tête de la rame pour un premier attelage est une épreuve fort impressionnante. Conformément aux idées de Dautry, Kollar fait ressortir dans ses photographies la modernité du réseau partout où c’est possible : machines modernes, beaucoup de locotracteurs, outils facilitant le travail des agents de la voie, etc. Mais Kollar, peut-être sur les conseils de Hamp, a photographié vraiment tous les postes de travail. Bien sûr, loin de l’objectivité journalistique ou du message militant, il nous montre le réseau de l’État et ses cheminots conformes à la vision que souhaite en donner Raoul Dautry, reportage de commande oblige. Mais l’aspect social est bien présent aussi dans cette vision de Dautry. Repas au corps de garde pour cette équipe de conduite du Sud-Est (fig. 11) : dans le cliché de Kollar pris sur le réseau ouest on voit que la gamelle a été réchauffée sur un réchaud à alcool et le vin de table est bu dans des bols selon une tradition alors encore en vigueur dans les populations rurales de l’Ouest (héritage de la bolée de cidre, la consommation du vin s’est développée dans les campagnes de l’Ouest surtout après la Première Guerre mondiale). Enfin, célébrissime photo que celle du poseur de rail de Kollar ! Un agrandissement géant de 5 m de haut en a été présenté en 1939 à l’Exposition universelle de New York. Il représente bien le courant artistique glorifiant le travail manuel et la puissance industrielle. C’est à partir de cette photo que Kollar réalisera, après d’importantes retouches, le « sidérurgiste » de la Sarre. À l’époque, la pratique de la retouche pour modifier ou mettre à jour un cliché est très courante.

Figure 10. Triage de Chalons sur Marne, juillet 1963.

Figure 10. Triage de Chalons sur Marne, juillet 1963.

Cl. O.Perrelle,© Archives La Vie du rail.

Figure 11. Au réfectoire de Lyon Mouche, juillet 1951.

Figure 11. Au réfectoire de Lyon Mouche, juillet 1951.

Cl. Blanc © Archives La Vie du rail.

14Kollar n’oublie donc pas les agents du service Voie et Bâtiments – très rarement photographiés surtout à l’époque – lui qui a été cheminot au service de la Voie des Chemins de fer tchécoslovaques où il avait un emploi de bureau au district de Nove Zamky.

15 Le cliché présenté ici fait partie d’une série réalisée pour fixer les bons gestes à adopter pour porter un rail : elle met l’accent sur l’équipe et le travail collectif (fig. 12).

Figure 12. Étude de mouvement du porter "à la boiteuse", septembre 1947.

Figure 12. Étude de mouvement du porter "à la boiteuse", septembre 1947.

Cl. C. Dubruille © Archives La Vie du rail.

16Kollar a traité d’autres sujets originaux : alors que les ateliers des dépôts de locomotives reçoivent des photographes, ceux-ci ignorent les ateliers d’entretien « Voitures » et « Wagons ». Lui a photographié une intervention à Sotteville-Buddicom, sur une voiture d’express État type A7 à caisse en bois tôlée. Notez que dans les ateliers « voitures », les travaux de garnissages et d’aménagement des compartiments font souvent appel à un personnel féminin. Cette photographie très rare est antérieure au travail de Kollar : elle représente le personnel féminin d’un atelier d’entretien du PLM pendant la Première Guerre mondiale (fig. 13). Ici, les femmes remplacent les hommes mobilisés. Leur travail consiste à fabriquer des armes, qui sont probablement les bombes de tranchée fabriquées par le PLM à côté des obus de 75 et de 155 : elles découperaient alors le support des ailettes. Ce cliché, une plaque de verre autrefois conservée dans la photothèque de la région sud-est de la SNCF, appartient en effet à une série de photos où l’on retrouve les mêmes personnes, dont certaines ont été publiées dans l’Agenda PLM pour l’année 1917, au chapitre « les ateliers PLM pendant la guerre », p. 17 à 22. L’interprétation avancée par le catalogue de l’exposition En train (palais de Tokyo, 1992), qui y voyait le soudage de tubes à fumées de chaudières, est erronée dans le contexte de la guerre.

Fugure 13. Femmes au travail sur le PLM pendant la Première Guerre mondiale.

Fugure 13. Femmes au travail sur le PLM pendant la Première Guerre mondiale.

© Archives La Vie du rail.

17Le Réseau de l’État a multiplié les équipements sociaux : stades, centre sportifs, écoles ménagères, écoles de couture, jardins d’enfants, etc. Bon nombre de jardins d’enfants, construits par l’État à la fin des années 1930, présentent une unité architecturale qui les fait ressembler un peu à un poste d’aiguillage, avec une grande baie vitrée frontale. Toutes les compagnies ont été concernées par ce mouvement. Ici, nous voyons à Tolbiac le jardin d’enfants de la Compagnie du Paris-Orléans en 1925, qui avait confié ses œuvres sociales à l’ordre des Filles de la charité (fig. 14).

Figure 14. Jardin d’enfants de la sœur Recamier, juin 1925.

Figure 14. Jardin d’enfants de la sœur Recamier, juin 1925.

Cl. d.r © Archives La Vie du rail.

Les cheminots dans les pages de La Vie du rail

18Pour voir des photos de cheminots dans la presse ferroviaire d’autrefois, rien ne vaut La Vie du rail : « Mesdames, Messieurs, veuillez présenter vos titres de transport, s’il vous plaît. » Voici des contrôleurs de route au travail (fig. 15). On y trouve aussi – « Atmosphère, atmosphère ! » – ces photos de dessertes omnibus qu’on aimait tant voir dans les vieux numéros du magazine. Ici, le chef de train (ou le contrôleur ?) décharge une mobylette Motobécane du compartiment fourgon d’un autorail Picasso en gare de Nice (fig. 16).

Figure 15. Contrôle dans une rame RGP en 1957.

Figure 15. Contrôle dans une rame RGP en 1957.

Cl. Bernier © Archives La Vie du rail.

Figure 16. Agent de train débarquant un vélomoteur d’un autorail Picasso en gare de Nice, 1956.

Figure 16. Agent de train débarquant un vélomoteur d’un autorail Picasso en gare de Nice, 1956.

Cl. C. Dubruille © Archives La Vie du rail.

19Dans une autre station, il faut une remorque dite « Marie » pour venir à bout du chargement de colis arrivés par le train de « détail ». Deux employés se livrent au travail de « reconnaissance » en gare d’Auray (fig. 17).

Figure 17. Reconnaissance des colis en gare d’Auray,1962.

Figure 17. Reconnaissance des colis en gare d’Auray,1962.

Cl. Perrelle © Archives La Vie du rail.

20Terminons par cette corvée de « pluches » infligée à des apprentis en camp de vacances. En raison de leur rôle social, les écoles d’apprentissage ont fait l’objet de nombreux reportages photographiques (fig. 18).

Figure 18. Camp de vacances à Meillerie, juillet 1957.

Figure 18. Camp de vacances à Meillerie, juillet 1957.

Cl. Seckler © Archives La Vie du rail.

Photographie militante : quand Salgado photographie la SNCF d’aujourd’hui

21J’ai recherché des vues d’origine syndicale. Certaines, parues dans des biographies récentes, étaient de trop petit format pour une reproduction. Quand on reprend le célèbre numéro annuel « Spécial impôts » de La Voix ouvrière, éditée par la CGT, les rares cheminots que l’on y voit n’offrent pas une apparence spécifique à leur métier. Ce sont des travailleurs, parmi d’autres travailleurs. Sauf pour un journaliste de la presse générale, il n’est pas facile de photographier des cheminots dans le cadre de leurs luttes professionnelles. Participant aux manifestations cheminotes des années 1970, je me souviens de l’envie que j’avais eue d’y emporter mon Lubitel ou mes Praktika, mais je n’ai jamais osé le faire.

22Heureusement, il y a Salgado ! Photographe mondialement connu et économiste de formation, Sebastao Salgado, célèbre pour ses vues de paysans et de travailleurs du tiers-monde, a néanmoins photographié la SNCF, sans doute en raison de la célébrité des chemins de fer français sur la planète. Les photos de Salgado sont en noir et blanc ; il les réalise d’abord en 24 x 36 puis au format 4,5 x 6 avec des boîtiers Pentax sur film Kodak Trix X. Salgado pratique la photographie « pour témoigner » et ses vues délivrent un message politique évident. Dans La Main de l’homme, le commentaire qu’il donne à ses photos de la SNCF est extrêmement élogieux. Toutefois, il note une « déshumanisation du métier de cheminot en France » et signale la réduction drastique des effectifs des cheminots. Pour mieux convaincre le lecteur, il écrit que la conduite du TGV est automatique et que le conducteur n’est là que pour surveiller l’engin. C’est faux, bien entendu, mais très significatif des chimères que notre TGV suscite dans le monde en passant pour plus moderne encore qu’il ne l’est.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Personnel de la gare de Troyes en 1898. A. Henry est assis à gauche.
Crédits Cl. Albert Henry © Archives La Vie du rail.
URL http://rhcf.revues.org/docannexe/image/87/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 2. Cheminots à la gare de Mussy-sur-Seine en 1896.
Crédits Cl. Albert Henry © Archives La Vie du rail.
URL http://rhcf.revues.org/docannexe/image/87/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 3. Locomotive 030, Est, La Bessarabie, juillet 1892.
Crédits Cl. Albert Henry © Archives La Vie du rail.
URL http://rhcf.revues.org/docannexe/image/87/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 4. Aiguilleurs, Est.
Crédits Cl. d.r., sans date © Archives La Vie du rail.
URL http://rhcf.revues.org/docannexe/image/87/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 5. Locomotive 120 361 à Pouxeux en 1886.
Crédits Cl. Albert Henry © Archives La Vie du rail.
URL http://rhcf.revues.org/docannexe/image/87/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 6. Réseau de l’Est. Locomotive 140TP USA à Saint-Dizier en 1924.
Crédits Cl. Gillet © Archives La Vie du Rail.
URL http://rhcf.revues.org/docannexe/image/87/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 7. Locomotives Nantaises.
Crédits Cl. L.-M. Vilain © Archives La Vie du rail.
URL http://rhcf.revues.org/docannexe/image/87/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 8. Train aérodynamique en gare de Lyon, PLM, 1937.
Crédits Cl. d.r. © Archives La Vie du rail.
URL http://rhcf.revues.org/docannexe/image/87/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 9. Porteur.
Crédits Cl. F. Fenino vers 1945 © Archives La Vie du rail.
URL http://rhcf.revues.org/docannexe/image/87/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 10. Triage de Chalons sur Marne, juillet 1963.
Crédits Cl. O.Perrelle,© Archives La Vie du rail.
URL http://rhcf.revues.org/docannexe/image/87/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 11. Au réfectoire de Lyon Mouche, juillet 1951.
Crédits Cl. Blanc © Archives La Vie du rail.
URL http://rhcf.revues.org/docannexe/image/87/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 12. Étude de mouvement du porter "à la boiteuse", septembre 1947.
Crédits Cl. C. Dubruille © Archives La Vie du rail.
URL http://rhcf.revues.org/docannexe/image/87/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fugure 13. Femmes au travail sur le PLM pendant la Première Guerre mondiale.
Crédits © Archives La Vie du rail.
URL http://rhcf.revues.org/docannexe/image/87/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 14. Jardin d’enfants de la sœur Recamier, juin 1925.
Crédits Cl. d.r © Archives La Vie du rail.
URL http://rhcf.revues.org/docannexe/image/87/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 15. Contrôle dans une rame RGP en 1957.
Crédits Cl. Bernier © Archives La Vie du rail.
URL http://rhcf.revues.org/docannexe/image/87/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 16. Agent de train débarquant un vélomoteur d’un autorail Picasso en gare de Nice, 1956.
Crédits Cl. C. Dubruille © Archives La Vie du rail.
URL http://rhcf.revues.org/docannexe/image/87/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 17. Reconnaissance des colis en gare d’Auray,1962.
Crédits Cl. Perrelle © Archives La Vie du rail.
URL http://rhcf.revues.org/docannexe/image/87/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 18. Camp de vacances à Meillerie, juillet 1957.
Crédits Cl. Seckler © Archives La Vie du rail.
URL http://rhcf.revues.org/docannexe/image/87/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jehan-Hubert Lavie, « L’image du cheminot dans la photographie, du père Henry à Salgado. Le cheminot, hors champ ? », Revue d’histoire des chemins de fer, 36-37, 2007, p. 47-59. ISSN 0996-9403

Référence électronique

Jehan-Hubert Lavie, « L’image du cheminot dans la photographie, du père Henry à Salgado.Le cheminot, hors champ ? », Revue d’histoire des chemins de fer [En ligne], 36-37 | 2007, mis en ligne le 10 mai 2011, consulté le 25 juin 2017. URL : http://rhcf.revues.org/87 ; DOI : 10.4000/rhcf.87

Haut de page

Auteur

Jehan-Hubert Lavie

Rédacteur en chef de la revue Correspondances ferroviaires

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page