Navigation – Plan du site
Témoignage et documents

Les « tracts » trouvés dans les emprises ferroviaires de 1941 à 1943

Choix commenté par Bruno Leroux, directeur historique de la Fondation de la Résistance et Cécile Hochard, docteur en histoire
Bruno Leroux et Cécile Hochard
p. 173-248

Notes de la rédaction

Le dossier iconographique est disponible dans son intégralité dans la version fac-similé à télécharger ci-dessous.

Texte intégral

1L’exposition Les cheminots dans la Résistance a permis de publier et de mettre en valeur une source encore inédite, les collections de papillons, tracts et journaux clandestins conservés par le Centre des archives historiques de la SNCF dans le fonds 25 LM. Il sont répartis en deux séries successives : propagande datée de novembre 1939 à janvier 1942 sous la rubrique « Répertoire de tracts communistes » (25 LM, carton 1934, chemises 7 et 8) puis propagande datée de juin 1942 à décembre 1943 sous celle de « Menées antinationales » (25 LM, carton 258, 18 chemises).

2Ce fonds comprend, pour la première série, des « répertoires » où sont chronologiquement enregistrés les documents ramassés dans les emprises, rassemblés sous la dénomination « tracts » quelle que soit leur forme, des rapports bi-mensuels « concernant l’activité communiste et les mesures prises contre elle » et les papillons, tracts ou journaux eux-mêmes, accompagnés de la lettre qui les a transmis au Service central du personnel et qui décrit le lieu et les circonstances de la trouvaille. La seconde série réunit les « tracts » dans des pochettes mensuelles, à l’intérieur desquelles est agrafée une liste. Si ce relevé a été poursuivi en 1944, il n’a pas été conservé.

3Le relevé par la SNCF des publications clandestines trouvées dans les emprises ferroviaires commence dès novembre 1939. Jusqu’à la défaite, il concerne la propagande contre la « guerre impérialiste » du PCF interdit, beaucoup plus rare à la SNCF que dans des secteurs impliquant des fabrications de guerre comme l’aéronautique.

4Après l’armistice, le recensement continue. Chaque billet, tract, journal fait l’objet d’un commentaire détaillant plus ou moins précisément le lieu et la circonstance de la découverte. Tandis qu’un exemplaire (ou le texte reproduit) est transmis avec son commentaire aux polices française et allemande, un autre est conservé par la SNCF et transmis au Service central du personnel.

5Deux sortes de presse clandestine sont repérées : celle qui transite par le réseau ferré et où toutes les grandes organisations clandestines sont représentées (voir ici les journaux Combat, Libération, des mouvements du même nom, et, surtout, celle qui prend les cheminots eux-mêmes pour cible (Le Rail rouge, Le Prolétaire du rail, Amiens libre...), où la propagande d’inspiration communiste prédomine. Celle-ci émane de la tendance ex-unitaire de la CGT clandestine, du PCF, mais aussi des nombreuses organisations-relais que celui-ci impulse sous l’occupation (Front national, comités populaires).

6Comme les cheminots sont au cœur de son système de diffusion, cette propagande utilise des supports très variés : papillons manuscrits rédigés par les militants locaux, papillons ou tracts ronéotés émanant d’un « service technique », fascicules imprimés produits à l’échelon central. Les tracts sont lancés à la volée, diffusés dans les vestiaires tôt le matin, distribués dans les cantines des « roulants », envoyés sous pli fermé à des cibles de choix, cadres soupçonnés de zèle dans leur activité pour l’occupant ou dans le concours apporté à la répression contre des communistes...

7Les dates de manifestations patriotiques ou syndicales – 14 Juillet, 11 Novembre, 1er Mai, bientôt les anniversaires de l’exécution de Pierre Semard le 7 mars 1942 – voient une recrudescence de la distribution comme des confiscations.

8Pour la police, si le contenu des textes permet de décrire l’évolution de la stratégie du PCF, le type de support, les moyens de distribution, le nombre d’exemplaires sont les indicateurs de l’importance du groupe local impliqué.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Leroux, Cécile Hochard, « Les "tracts" trouvés dans les emprises ferroviaires de 1941 à 1943. Choix commenté par Bruno Leroux, directeur historique de la Fondation de la Résistance et Cécile Hochard, docteur en histoire », Revue d'histoire des chemins de fer, 34 ; 2006, p. 173-248. ISSN 0996-9403

Référence électronique

Bruno Leroux et Cécile Hochard, « Les « tracts » trouvés dans les emprises ferroviaires de 1941 à 1943 », Revue d’histoire des chemins de fer [En ligne], 34 | 2006, mis en ligne le 16 mai 2011, consulté le 29 avril 2017. URL : http://rhcf.revues.org/542 ; DOI : 10.4000/rhcf.542

Haut de page

Auteurs

Bruno Leroux

Cécile Hochard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page