Navigation – Plan du site
DOSSIER : Normalisation ferroviaire, cultures de réseaux - L'Europe des chemins de fer, 1878-2000
3- Cultures de réseaux : vers l'Europe des chemins de fer ?

La traction triphasée italienne : une électrification anachronique ?

Michèle Merger
p. 159

Entrées d’index

Mots-clés :

Italie, électrification

Keywords :

Italy, electrification

Chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Aussitôt que les méthodes de production, de transport et d’utilisation de l’énergie électrique ont été réalisables, l’Italie a songé à utiliser l’électricité pour la traction sur certaines lignes spécifiques et, après quelques années d’expérimentation commencées au lendemain d’un accident ferroviaire qui avait confirmé, en 1898, les limites de la traction à vapeur dans les tunnels, le choix s’est effectué au profit du système triphasé. Ne nécessitant pas la présence de transformateurs et de convertisseurs dont l’efficacité était alors réduite et permettant, à l’aide de moteurs simples et robustes, de remorquer des trains lourds sur des tronçons de lignes spécifiques, ce système à vocation montagnarde marque profondément l’histoire de la technique ferroviaire italienne et suscite à la fois un vif intérêt et une certaine méfiance auprès des ingénieurs étrangers. Jugé fort justement unique et représentatif d’une véritable culture technique nationale, il apparaît pleinement tributaire des contraintes d’exploitation auxquelles étaient confrontées la Compagnie des chemins de fer méridionaux chargée d’exploiter le réseau de l’Adriatique et la Compagnie de la Méditerranée. C’est la raison pour laquelle il convient de s’interroger sur les raisons du choix de ce système qui conduisit d’abord à l’électrification des lignes piémontaises puis à celle d’autres artères transalpines et transappennines mais qui, à cause de ses faiblesses, deviendra anachronique au lendemain de la Première Guerre mondiale, avant d’être irrémédiablement condamné à disparaître.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle Merger, « La traction triphasée italienne : une électrification anachronique ? », Revue d’histoire des chemins de fer, 26, 2002, p. 159. ISSN 0996-9403

Référence électronique

Michèle Merger, « La traction triphasée italienne : une électrification anachronique ? », Revue d’histoire des chemins de fer [En ligne], 26 | 2003, mis en ligne le 21 janvier 2015, consulté le 29 mars 2017. URL : http://rhcf.revues.org/1973 ; DOI : 10.4000/rhcf.1973

Haut de page

Auteur

Michèle Merger

Chargée de recherche au CNRS (Institut d’histoire moderne et contemporaine), présidente de l’Association internationale d’histoire des chemins de fer

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page